Historique des sites principaux

Madame de Pompadour acquit en 1746, la propriété de Louis-Alexandre Verjus, Marquis de Crécy.
Jeanne-Antoinette Poisson, Marquise de Pompadour, favorite, puis amie du roi Louis XV, prit l'architecte Lassurance, pour l'agrandir et lui donner la forme que l'on voit sur une gravure du cabinet des Estampes. Elle le meuble et l'embellit en faisant appel aux plus grands artistes de son temps, elle dessine les parcs et les jardins de Crécy.
En 1751, l'ingénieur Antoine Deparcieux est chargé de construire une machine qui remonte l'eau potable au château et au village à partir de la Blaise, 50 m plus bas.
Elle revendit son domaine en 1757 au duc de Penthièvre qui le céda en 1775 au prince de Montmorency. Le château est revendu comme bien national à la Révolution à l'Américain Daniel Parker. Il est démoli pour être revendu en pièces détachées, ne laissant qu'une partie de l'aile des cuisines.
Madame de Pompadour laissa son empreinte dans les bâtiments du village et le paysage que l'on voit aujourd'hui. Le château dominait la vallée. De ses terrasses on pouvait admirer les deux bras de la Blaise et le canal au milieu. A chaque extrémité du canal, une construction décorative était aménagée : au Sud la façade en trompe-l'œil du moulin de la Bellassière, et à l'Est, le Château d'Aunay
Une vaste pièce d'eau prolongeait l'axe du château : le Miroir. Les deux faces des coteaux étaient des jardins à la Française : vertugadins, gazons en amphithéâtre.
Une description plus détaillée des sites est fournie ci-dessous, elle sera enrichie avec le temps...
La plupart des propriétaires ont fait l'acquisition d'une plaque de maison sur laquelle un flash-code permet d'accéder à la documentation en ligne.
Les numéros renvoient aux numéros sur le plan principal et les plans disponibles aux offices de tourisme et mairies de la région, et permettent de localiser les éléments en question.

D'autres habitants, bien que ne possédant pas une maison du domaine de la Marquise de Pompadour ont fait l'acquisition d'une plaque dans un bel élan de solidarité.