21 - L’Hôpital Saint Jean

Façade arrière de l'Hôpital Saint Jean

Le 15 mai 1754, Madame de Pompadour achète le petit château de Majainville, proche de Couvé. Elle pense y fonder son hôpital en modifiant l’agencement intérieur de la bâtisse. Ses architectes l’en dissuadent, prétextant que la structure même du bâtiment est vétuste. Le château est alors détruit et l’on transporte l’ensemble des matériaux, pierre de taille et poutres, sur un terrain se trouvant exactement sur la limite des communes de Couvé et de Saulnières. Plus d’une année est nécessaire à l’édification des bâtiments. Ne disposant plus de liquidités, Madame de Pompadour est obligée de vendre une partie de ses bijoux pour financer l’opération. A la fin de l’année 1755, l’ensemble des bâtiments est terminé. Il se compose d’un corps de logis central, flanqué de chaque côté de deux petites ailes, celle de droite, proche du village, abrite la chapelle, celle de gauche, donnant du côté de la vallée, renferme des bâtiments de service.

vue du parc et du bassin d'époque

 

Le 28 septembre 1755, la chapelle de l’hôpital est bénie et on y célèbre la première messe. Puis Madame de Pompadour accompagnée du marquis de Gontaut-Biron sert les pauvres à leur dîner : ils sont au nombre de cinquante. La dame Jeanne-Antoinette Villeneuve, veuve du sieur Delamare, en est la directrice; l’établissement est tenu par six sœurs de la congrégation des filles de la charité.

La marquise se sépare de son beau domaine de Crécy en 1757. Le Duc de Penthièvre, qui le rachète, s’engage à subvenir non seulement à l’entretien de l’hôpital, mais également à celui d’une école destinée aux enfants de la paroisse.

La famille de Montmorency devient propriétaire de Crécy en 1775. Un second hôpital plus modeste est alors fondé en 1784 dans les anciens bâtiments des sœurs de Saint-Paul de Chartres : l’hôpital Saint-Louis. L’hôpital Saint-Jean est alors vendu le 30 juin 1787 à un particulier, monsieur Jullienne.

 

La princesse de Montmorency émigre en 1791 et l’ensemble de ses biens est confisqué et vendu comme “ bien national “; le château est alors détruit. L’hôpital Saint-Jean évite ce triste sort, puisqu’étant sorti du domaine.

Les deux petites ailes latérales sont détruites au début du XIX° siècle. Il est également curieux de noter que les sœurs n’émigrent pas et vivent durant toute la période révolutionnaire dans les communs, ayant repris leur état civil, étant nommées dans les actes: “ ci-devant, sœur... “

22 - L'Orangerie

L'éolienne

éolienne au XIXieme

En face du château d’eau, une construction intrigue souvent le visiteur. Il s’agit en fait du mécanisme d’une éolienne datant du XIXème siècle. Elle servait à pomper l’eau à 57 mètres au fond d’un puits.

éolienne vue actuelle